ADHEREZ et PARTICIPEZ au projet social AIKI MINARAI

Rejoignez-nous avec le concours de HelloAsso

AIKI-MINARAI s’inscrit dans un projet à volonté triple :

  • Les seniors doivent pouvoir profiter des bienfaits physiques et humains des pratiques douces et adaptées que propose l’aïkido, et ce gratuitement ou presque.
  • Les actifs parisiens, jeunes ou moins jeunes, doivent pouvoir avoir accès facilement, à un tarif accessible, quelques heures par semaine, à une activité physique leur permettant de s’échapper du quotidien parisien stressant.
  • Un bon enseignement ne peut être qualifié comme tel si l’enseignant lui-même continue sa progression de recherche technique et pédagogique. Il est proposé des ateliers de recherche et de pratique ouverts aux pratiquants d’aïkido, toute fédération confondue.

Le principe de son fonctionnement repose sur la solidarité locale :

  • Les seniors pouvant œuvrer en faveur des adultes (soutiens
    administratifs, logistiques, de communication…)
  • Les adultes pouvant œuvrer en faveur des seniors (dons financiers pour
    la gratuité des activités des seniors, en complément de subventions)

Les apports mutuels :

  • soutiennent le lien et la mixité sociale entre seniors et jeunes familles
  • renforcent l’estime de soi des seniors, entretient le sentiment d’utilité

Les moyens pour y arriver :

  • Un lieu de pratique gratuit ou très peu cher
  • Des subventions éventuellement
    Pour faire aboutir ce projet, aiki-minarai a besoin de jouir de créneaux dans un dojo
    muni de tatamis sur une surface de 100 m2 au moins, de la municipalité parisienne.

Les bienfaits de l’aïkido – la santé physique, morale et mentale !
L’épanouissement personnel est le cœur de l’aïkido.


avec le concours de HelloAsso

Ce projet est un cadre de vie et de fonctionnement dans lequel les enseignants, les participants, les accompagnants et les dirigeants doivent évoluer avec sérénité pour des objectifs sportifs et éducatif communs.


Plaisir – Prévention – Proximité


• Une organisation, une planification et des moyens à mettre en œuvre pour s’impliquer
• Des conditions de développement pour vivre ensemble et se dynamiser
• Une structure sportive et une organisation pour se fédérer autour d’un projet
commun


PRINCIPES GENERAUX
• Une équipe d’enseignants et d’intervenants organisée et liée à l’équipe
dirigeante
• Conserver et accentuer l’état d’esprit du club par la participation active des
adhérents aux différentes actions sportives proposées par l’association
• Harmoniser les principes pédagogiques de l’ensemble des enseignants dans la
gestion des différentes catégories de cours
CADRE CONCEPTUEL
L’Aïkido peut être un art martial aussi considéré comme un système d’éducation
reliant le corps et l’esprit, durant toute la vie du pratiquant. Les règles de
courtoisie et de respect, de comportement dans un dojo, offrent aux enfants une
certaine compréhension de notions comme le respect – de soi et des autres, la
confiance, l’entre-aide par exemple. Les exercices physiques et les techniques
martiales permettent de travailler l’équilibre, la stabilité, la coordination des
gestes, et renforcent la musculature et le développement harmonieux du corps.
Pour les adultes, l’aïkido, comme sa traduction le dit – voie de l’harmonisation
des énergies – offrent une manière directe, kinesthésique, de se relier à soimême. En travaillant sur les sensations de son corps, seul ou avec des
partenaires, à travers des techniques martiales, le pratiquant améliore ses
propres sensations, et sait de mieux en mieux comprendre prendre soin de lui.
Sur le plan physique, l’adulte entretient sa coordination corporelle, son cœur et
ses poumons. En échangeant avec ses partenaires, l’adulte se crée et entretient
une vie sociale autrement codifiée, et lui permet de s’ouvrir autrement aux
autres et de s’épanouir.
Enfin, nos aînés peuvent profiter des pratiques plus douces de l’aïkido. Ce sont
des exercices simples, de respiration, de mouvements physiques adaptés, avec
des rythmes plus lents, des amplitudes plus faibles, et des difficultés
appropriées. Il reprend contact avec son corps, redécouvre et entretient les
capacités élastiques de ses articulations par exemple. Plus important, la
régularité de l’activité, le plaisir de partager avec d’autres personnes de son âge,
contribue fortement à la prévention de la santé des personnes âgées, à la fois
physique et mentale !

PREVENTION DE LA PERTE D’AUTONOMIE
PRIORITE AUX SENIORS : La gymnastique douce, ensemble, chaque semaine
Les études sont totalement claires et se rejoignent toutes. Les seniors ont de
nombreux bénéfices physiques et psychologique à effectuer une activité sportive
adapté. Ainsi, dans le cadre des actions de préventions de la conférence des
financeurs et des ateliers à promouvoir :

  • Améliorer la fonction musculaire : très important pour prévenir les chutes,
    prévenir l’ostéoporose
  • Augmenter la sensation de bien-être
  • Augmenter l’optimisme
  • Diminuer les facteurs de risques cardiovasculaires (évitant les lésions
    neurodégénératives), et donc diminuer la mortalité cardio-vasculaire
  • Diminuer les troubles de la mémoire (et donc aider à retarder les signes
    d’apparition de la maladie d’Alzheimer par exemple)
  • Améliorer la qualité du sommeil
  • Réduire les troubles digestifs
    Les bénéfices sur le mental sont aussi au rendez-vous :
  • Lutter contre les sensations de dépression et d’isolement
  • Améliore l’estime de soi, en étant encore capable de faire du sport, et
    même de progresser dans sa discipline.
  • Créer et entretenir des relations sociales
  • Se sentir intégré et utile dans la vie locale
  • Se sentir en sécurité et plus sûr de soi lors de déplacements, et armé face
    aux agressions quotidiennes (circulation routière, bruit…)
    Nous voulons toutes et tous bien vieillir, chez soi. Continuer à faire son ménage,
    à monter les escaliers, à sortir et entrer dans sa voiture, c’est ce que nous
    souhaitons pour nous… C’est ce qu’Aïki-Minarai veut aussi en proposant une
    gymnastique douce et adaptée à nos aînés, pour qu’ils vieillissent en bonne
    santé, avec joie et en activité.
    Objectif pédagogique
    Les gestes proposés sont simples, mais efficaces :
  • Travailler son équilibre, sa stabilité et diminuer les risques de chutes
  • Apprendre les réflexes à rouler en cas de chute, à ne pas se faire mal, et
    surtout, à se relever
  • Travailler les mouvements autour des amplitudes articulaires, en douceur,
    et lutter contre l’ostéoporose, améliorer la souplesse générale et la
    mobilité
  • Mettre en mouvement les muscles régulièrement, les oxgéner, et utiliser
    les graisses, pour contribuer à diminuer le risque d’obésité, à baisser le
    cholestérol, à prévenir les maladies cardiaques.
  • En travaillant avec des partenaires, les défenses immunitaires sont
    optimisées, le stress réduit
  • Etc.
    Les séances de gymnastique douces sont axées autour de principes :
  • Celui d’une progression au rythme du participant, selon ses possibilités
  • Encouragement à la régularité, par le biais de la convivialité, du plaisir
    d’être ensemble (entre seniors, dans un groupe ayant les mêmes capacités
    que soi), et d’activités en plein air (marche, piquenique…)
  • Aucun effort violent
    Souvent, les seniors, lorsqu’ils se tournent vers le sport, ils optent pour le Thaï
    chi (excellent selon les études scientifiques), la marche nordique, le yoga, la
    gymnastique, des activités pleine air…
    En pratique :
    Une gymnastique régulière, avec les outils que proposent l’aïkido. Travail de
    respiration, de posture, en dynamique parfois, musculation légère, travail sur les
    sensations du corps. Les exercices sont tous très proches de la sophrologie, du
    taïchi chuan et du Yoga, dans une version douce. Ils améliorent notamment les
    organes internes, les articulations, et soulagent les douleurs, celles du dos en
    particulier.
    Cette gymnastique part toujours des possibilités du participant. La démarche
    andragogique est socio-constructiviste principalement.
    Ainsi, en apprenant à se souvenir d’enchainements posturaux par exemple, la
    gymnastique proposée permet de faire travailler de manière ludique la
    coordination, la mémorisation et la concentration.
    L’enseignement est très attentif à la compétition cachée entre amis ! Ces défis
    qui démarrent souvent sur le ton de la plaisanterie peuvent amener à dépasser
    ses limites sans s’en rendre compte et provoquer un accident cardiaque.
    Par des jeux de rôles agresseur/agressé, propre à l’aïkido, l’équilibre du corps, le
    lien social sont également travaillés, et l’estime de soi est renforcée.
    Notre proposition idéale de travail :
    Temps : 1 heure, 2 fois par semaine, en milieu de matinée dans l’idéal.
    Lieu : salle close, avec vestiaire si possible. Dans l’idéal un dojo avec tatamis,
    pour éviter aux participants de devoir apporter un tapis de sol
    Cette proposition pourrait également avoir lieu dans des salles polyvalentes de
    lieu d’accueil des seniors dès lors que les conditions matérielles permettent la
    pratique de l’activité sportive adapté et/ou dans le cadre de la conférence des
    financeurs ou de la DASES.
    TARIF DEMANDE IMAGINE, par principe :
    Définition d’un senior : C’est une femme ou un homme de plus de 60 ans, à la
    retraite.
    Conditions Avec les dons de
    l’activité aïkido et
    éventuellement
    de subventions
    Si créneau pour
    les seniors et sans
    aide
    subventionnelle
    Seniors de
    l’arrondissement 0 € 80 €
    Seniors hors
    arrondissement 20 € 80 €
    Calcul du tarif : à raison d’une location budgétée à 5€ de l’heure, sur 40 semaine, le coût global annuel
    de la location reviendrait à 400 €. Le tarif de départ annuel se situerait autour de 80 € par participant, ce
    qui reviendrait à environ 10€/mois/participant sur 8 mois.
    La principale source pour tendre vers la gratuité de la Gym Senior est de demander un don minimum
    d’environ 25€/an par pratiquant de l’aîkido. Avec 8 élèves d’aïkido seulement, la location des créneaux
    pour les seniors est couverte. Cela suppose l’existence de créneaux octroyés par la Ville de Paris pour les
    cours d’aïkido.
    En cas de subvention suffisante, à défaut de dons (400 € au moins donc), la gratuité peut être acquise
    pour les participants seniors, dès lors qu’une salle de la Ville de Paris est octroyée, et les tarifs pour les
    pratiquants de l’aïkido diminués d’autant, c’es le cercle vertueux.

ACCESSIBILITES EN FONCTION DE SES CAPACITES ET DE
SES REVENUS
DES COURS D’AIKIDO ACCESSIBLES ET PEU CHERS
Faire une technique d’aïkido, c’est proposer, par des techniques martiales à
mains nues, ou avec une arme à créer chez son adversaire la sensation qu’il
enfonce une porte ouverte ! C’est créer un déséquilibre chez son partenaire et le
guider vers le sentiment que son agression est vaine, car il finit par recevoir ce
qu’il a donné avec la même franchise et la même énergie…
Bien que classé dans les arts martiaux, et en France, dans la catégorie Sport,
l’aïkido n’est ni un art martial (bien qu’il emploie des techniques martiales, au
début au moins), ni un sport car complètement dépourvu de compétitions.
Pourtant, l’aïkido permet de développer des capacités physiques dignes de ceux
d’un sport de combat ! et bien plus…
Système d’éducation par excellence, de nombreuses règles d’étiquette existent
dans un dojo. Ceci force la réflexion, chez l’adulte, du sens du respect, de la
courtoisie, et des réponses à apporter en cas d’agression.
La question de ce projet n’est pas d’offrir un énième cours d’aïkido à Paris. La
question est d’offrir un cours à proximité de chez soi, le soir après le travail, dans
un cadre acceptable, et surtout, c’est le plus important : à un prix accessible pour
toutes et tous.
Le lien entre les cours d’aïkido, pourtant bien séparés des cours de gymnastique
des seniors, est celui du lien social ! D’offrir de temps à autres des croisements
de la population adulte et active avec celle seniors, retraitées, et donc de
maintenir la mixité sociale et le lien.
Parce que le papy du coin vient faire de la gymnastique dans le dojo où je fais de
l’aïkido, et qu’on a le même prof, alors je respecte autant le lieu de la pratique
que ceux qui y pratiquent, et par extension, je reste solidaire dans mon quartier
des personnes qui y vivent.
Enfin, pratiquer l’aïkido c’est également :

  • avoir une activité physique régulière,
  • ne pas être confronté à une obligation de compétition,
  • pratiquer avec des personnes de tous âges, de tous milieux, hommes et
    femmes, de tout niveau,
  • s’offrir une pratique de santé et de prévention,
  • faire une recherche personnelle corporelle, physique, mentale et
    spirituelle,
  • se prémunir physiquement pour bien vieillir
    Notre proposition idéalement :
    2 heures, 2 fois par semaine, à partir de 19h ou 20h
    Lieu : dojo, avec des tatamis, sur une surface de 100 m2
    TARIF DEMANDE IMAGINE
    AIKI-MINARAI est affiliée à la FAAGE, Fédération d’aïkiryu – une des nombreuses écoles d’aïkido en
    France- d’aïkiryu-Taïso et arts du Geste. Ceci permet d’offrir aux pratiquants du dojo de bénéficier de
    l’offre de la Fédération (stages d’approfondissement de la pratique de l’aïkido et passages de grades
    permettant aux pratiquants de se situer dans sa progression par exemple). 37 euros sont demandés pour
    chaque licencié, incluant une assurance dans le cadre de leurs pratiques.
    Licence annuelle 37 €
    Cotisation annuelle pour les cours 140 €
    Adhésion à l’association 20 €
    Contributions pour la Gym des Seniors 25 €
    Total 222 €
    Soit 27,75 €/mois sur 8 mois.
    Le coût de la location, toujours sur la base 5€/heure sur 40 semaines/an, reviendrait à 800 €/an.
    Avec un créneau de 2 h/sem, l’équilibre financier est atteint dès 4 licenciés.
    Avec 2 créneaux de 2h/sem, l’équilibre financier est atteint dès 6 licenciés.
    Mieux, avec 8 licenciés, la gratuité pour l’activité Gym Douce des Seniors devient possible,
    sans aucune subvention des collectivités ! C’est la solidarité des sportifs qui intervient.
    Ceci ne fonctionne qu’avec l’octroi de créneaux suffisants !
    ATELIERS DE RECHERCHES ET DE PERFECTIONNEMENT
    DES ATELIERS pour les pratiquants avancés
    L’aïkido est polymorphe dans le monde. Le fait qu’il n’y ait que 2 fédérations
    d’aïkido reconnue en France par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, et que
    l’une d’entre elle n’est pas reconnue par la fédération internationale d’aïkido,
    fédération elle-même non reconnue par l’une des écoles fondatrices de cet art
    au Japon, signe la difficulté de nomenclaturer et de classer cet art.
    Etre aïkidoka, c’est un peu comme être « peintre » : en aquarelle, à l’huile, à
    l’eau, contemporain, classique, des Beaux-Arts, de la Scuola Leonardo da Vinci,
    en bâtiment, automobile… ?
    C’est pourquoi il est important qu’il puisse, lorsqu’il est avancé dans sa pratique,
    se nourrir auprès et avec d’autres pratiquants.
    L’enseignant évolue au sein de la FAAGE, Fédération d’Aïkiryu Aïkiryu-Taïso et
    Arts du Geste, ainsi qu’à l’AIKIKAI de Tokyo – Japon.
    Mais un enseignant, c’est avant tout un pratiquant qui continue à améliorer sa
    pratique, avec d’autres enseignants la plupart du temps.
    Aïki-Minarai veut proposer quelques créneaux pour cette recherche, car cela
    garantit la qualité de l’enseignement, bien plus qu’un grade ou qu’un brevet, vite
    devenu obsolète. Ces créneaux sont nommés « ateliers ».
    Idéalement, nous souhaitons offrir des ateliers, idéalement à raison de :
    3 heures, 1 fois par mois
    Lieu : dojo avec tatamis, surface de 150 m2 minimum.

  • LES MEMBRES FONDATEURS
    Gregory BONNAULT, est professeur de Tango Argentin et pratiquant d’Aikido.
    De formation initial en danse classique et contemporaine, au Conservateur
    Supérieur de Danse de Cannes, il a commencé l’aïkido adolescent auprès
    d’Isabelle ABELE-DUBOULOZ, chorégraphe et membre de la Direction de la
    FAAGE. 3e Dan d’aïkiryu de la FAAGE, il a poursuivi sa pratique d’aïkido auprès
    de maître André Cognard, fondateur de l’Académie Autonome d’Aïkido, et
    dirigeant de l’Académie Internationale de Recherche sur l’Aikido Groupe
    Kobayashi Hirokazu, à portée internationale.
    Sébastien DUTAY, est un pratiquant d’aïkiryu, une des formes de l’aikido, au sein
    la FAAGE, Fédération d’Aïkiryu Aïkiryu-Taïso et Arts du Geste, depuis 2007.
    3eme Dan d’aïkiryu de la FAAGE, Sébastien DUTAY a été assistant d’Anne-Hélène
    Rigogne, 5e Dan et membre dirigeante de la FAAGE. Il a été chargé de cours
    pendant près de 3 ans dans le dojo d’Anne-Hélène Rigogne. Il poursuit sa
    pratique comme élève-enseignant, chargé de cours d’aïkiryu pendant 3 ans dans
    les dojos franciliens. Il fait partie de la communauté des enseignants de la FAAGE.
    Il continue sa progression actuellement au sein de la FAAGE, et suit
    régulièrement les enseignements à l’ACNA de maître Michel Bécart, 7e Dan de
    l’Aïkikai au Japon, et ancien directeur de l’école des cadres d’aïkido à l’Institut
    national des sports et de l’éducation physique (INSEP).
    Sébastien DUTAY est également formateur dans le secteur funéraire, il forme
    régulièrement des agents de la Fonction Publique au CNFPT. Il est également
    intervenu à l’AP-HP et à la Croix-Saint Simon, pour former les personnels
    soignants en Hospitalisation A Domicile et en service palliatif, autour des thèmes
    de la fin de vie. Doté d’un certificat de compétences en pédagogie au CNAM,
    Centre National des Arts et Métiers, il poursuit son travail de pédagogue à la fois
    sur le plan professionnel et sur le plan personnel, à travers l’enseignement de
    l’aïkido.

La communication

Diffusion de notre proposition auprès des acteurs institutionnels dédiés aux seniors

La pratique de la gym douce Senior s’intègrant parfaitement dans le cadre de la loi ASV (Adaptation de la Société au Vieillissement du 28 décembre 2015), nous proposerons aux acteurs institutionnels, représentés localement, de diffuser les lieux et horaires de cette offre.

Nous pensons notamment à : CASVP, Les Maisons des Aînés et des Aidants, Restaurants Paris Émeraude, Paris Info Seniors, CLIC, MAIA, PTA, les centres d’examens de santé de l’Assurance Maladie, les « Instants santé » de la MSA et les Centres de prévention de l’Agirc-Arrco, les services de prévention de la CNAV et de la CNAM travaillent ensemble dans le cadre de 2P3A – Plan de proximité autonomie de l’avancée en âge…

en déposant des prospectus auprès des guichets d’accueil, en proposant d’intégrer un échange de lien partenaires inter-sites.

Participation au forum des associations

En étant présent sur des forums locaux, comme le forum des associations à Paris 12e, le salon des Seniors

à Paris, nous proposons au public oublié, celui des seniors d’une part, pour l’activité gym douce, et celui des jeunes adultes d’autre part, pour l’activité Aïkido, une alternative à un simple club de sport : celle de faire partie d’un club où la solidarité est aussi importante que le plaisir de partager une activité.

Sollicitations auprès de la conférence des financeurs

La Ville de Paris qui aura déjà octroyé des créneaux pour le dojo à un tarif peu élevé, aura fait la première partie de l’aide réelle à sa population senior, et donc offrir une activité relevant de l’un des axes principaux de la loi d’adaptation de la société au vieillissement loi – ASV, car l’adhésion devient d’ors et déjà accessible au séniors.

La conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie est l’un des dispositifs phare de la loi ASV. Elle facilite et soutient financièrement les associations œuvrant en faveur de la prévention de la perte d’autonomie, en particulier celles intégrant de la loi ASV, des actions de prévention individuelles ou collectives destinées aux personnes de 60 ans et plus.

Ainsi, son aide financière éventuelle compléterait ainsi l’action de la Ville de Paris en permettant la gratuité totale de l’activité, et sans surcoût solidaire de l’activité aïkido.

Sollicitations auprès du conseil d’arrondissement (scénario dojo privé pour aide au financement)

Enfin, nous n’oublierons pas d’appeler renfort auprès du conseil d’arrondissement, qui peut elle aussi contribuer fortement à la viabilité du projet, dans le cadre du vivre ensemble, du lien et de la mixité sociale locale.

Le défaut d’octroi de créneaux par la Ville de Paris impliquerait une stratégie de dojo privé. Une telle situation a pour conséquence de trouver des fonds extérieurs, dont l’arrondissement fera partie.